0 Commentaires

À l’heure où une compagnie à sourire fait des profits monstres, je crois qu’il est opportun de vous partager un de mes coups de cœur québécois de l’an dernier.

Neuro de François Gravel est un roman dont le narrateur s’appelle Louis. Ce récit c'est son projet pour comprendre les émotions. Louis a été vendu par ses parents à la Société (entreprise qui n’est jamais nommée).

Il a une intelligence particulière, un don qui lui permet de compter très rapidement, plus vite qu'un ordinateur, en voyant les chiffres en couleurs.

Louis est logé par la Société. Il y côtoie Nathan et les jumelles Chloé et Maude qui ont aussi des capacités de calcul phénoménales. Ensemble, ils forment le projet de s’évader.

Louis écrit sans ponctuation (sauf les points), dans un flot ininterrompu de mots. On n'a pas le choix de se laisser happer par ce récit qui semble se dérouler dans un monde pas très éloigné du nôtre.

Plus on en apprend sur cette Société plus elle paraît proche de certaines multinationales actuelles qui font fi du bien-être des leurs consommateurs. Un livre accessible et troublant, à mettre entre les mains des amateurs de dystopies.


neuro


Et si vous avez envie d’en connaître plus sur ce type d’entreprise, voici une bande dessinée qui pourrait vous plaire. Bonne lecture !


279-Paradis_fiscauxBD-C1_rvbBR

0 Commentaires

Magus of the Library est un manga fantastique qui met en scène Shio, un jeune de sang-mêlé : un humain à grandes oreilles. Il désire rejoindre la capitale des livres où toutes les connaissances du monde sont concentrées.

Un rêve difficilement réalisable pour un jeune pauvre et métissé jusqu’à sa rencontre avec les kahunas, les employées de la bibliothèque centrale qui ont chacune des compétences spécialisées : restauration, protection, affaires extérieures.

Ce livre diffuse les valeurs d’accessibilité universelle, de persévérance, d’ouverture d’esprit et d’amour de la lecture.

Les péripéties palpitantes sont soutenues par des illustrations magnifiques qui rendent réels les paysages naturels où se déroulent l’action, les vêtements des différents personnages et bien sûr les livres!


Impression

0 Commentaires


“je revois en boucle son dernier envol

je mastique et c’est bizarre

je ne goûte rien


et j’avale une larme

et puis deux

autant qu’il en faut


pour noyer mon chagrin dans le plumage

multicolore de son souvenir” (p.11)


9782897742331

0 Commentaires

Beaucoup de lacs sont hantés au Québec. Tout le monde le sait et tout le monde le raconte. Mais aussi bien que François Blais …pas sûre. Lac Adélard est un titre de la formidable collection Noire de la Courte échelle. C’est un livre plus stressant que vraiment horrible qui vous fera découvrir aussi le talent de dessinatrice d’Iris, mieux connue des lecteurs de bande dessinée.

9782897742249

L’histoire est racontée par deux voix. Celle d’Élie Bournival qui considère que l’école est une perte de temps et de sa nouvelle amie Anna qui transforme pourtant l’école des Chutes de Shawinigan en un endroit extraordinaire.

Il y a aussi la voix décalée de Rose-Marie qui raconte dans son journal daté de juin 1989 son quotidien retiré du monde.

“C’est beau, en tout cas moi je trouve ça beau, les choses qu’on voit ici. C’est beau. Les arbres, les oiseaux, les insectes, le ruisseau qu’on entend tout le temps. Les cinq cabanes autour du lac les framboises et les fleurs et les trains qui passent, les wagons-citerne noirs et les wagons de marchandises brun, c’est tellement beau.” (p.9)

La construction alternée entretient bien le suspens, le dénouement est vraiment surprenant. Mais ce roman est surtout chouette incursion dans l’univers ironique et tranchant de François Blais.

“C’est la vie, ce sont des choses qui arrivent, ça n’est pas la fin du monde, pour utiliser ces formules creuses que les adultes aiment répéter. (Ils disent aussi “on ne fait pas toujours ce que l’on veut dans la vie” ou “tu n’en mourras pas”. Comme si le fait de ne pas mourir représentait le comble de la félicité.)” (p. 37)

Qui sait peut-être deviendrez-vous tellement accro à cette écriture que vous vous mettrez à lire la revue Protégez-vous autrement que pour magasiner des électroménagers…

0 Commentaires

“Soudain, la moindre brise courait sur sa peau comme un serpent: elle ressentait la force de l’air comme si elle avait été une plume ballotée par le vent. Elle distinguait aussi les odeurs, toutes les odeurs, avec une précision qui lui donnait l’impression de voir chaque fleur, chaque motte de terre humide, chaque champignon. " […]

“Ses yeux avaient également acquis une acuité nouvelle. Elle avait l’impression qu’ils projetaient alentour des antennes invisibles, lesquelles s’en allaient tâter les moindres recoins du monde… Le mouvement des insectes sur les troncs, le balancement régulier des branches: tous ces détails lui apparaissaient avec netteté, comme si elle les touchait du bout de la langue.” (p. 98-99)

Si vous avez déjà rêvé d’incarner un animal, de voir et de sentir comme il voit et sent, je vous suggère la lecture de Violette Hurlevent de Paul Martin, illustré par J. B. Bourgois.

Couv-Violette-Hurlevent-et-le-Jardin-Sauvage-620x900


Ce formidable roman raconte l’épopée d’une jeune fille qui découvre un jardin sauvage près de sa nouvelle maison. Elle en deviendra la protectrice, ainsi que celle de ses habitants, des insectes jusqu’aux pierres.

Une des forces de ce roman qui me rappelle le Tobie Lolness de Timothée de Fombelle est de donner une importance égale à tous les éléments de la nature et de les faire communiquer entre eux, non pas de notre manière d’humain, mais comme on peut imaginer qu’ils le font avec leurs caractéristiques et intérêt  propres.

Par exemple, les oiseaux ne parlent pas de choses que l’on a l’habitude de raconter, mais “[…] ils disaient le vent, les odeurs, le bourdonnement des insectes et le chant des herbes qui ondulent sur la prairie. Ils parlaient des amours du peuple ailé, des renards qui guettent sous une vieille souche, de la faim, des brindilles et des flaques.”(p. 345)


Si vous avez envie de voir comme les animaux je vous invite à découvrir aussi le documentaire Zooptique qui présente comment la vision des animaux et À chacun son chat, un album dans lequel on découvre comment un chat est perçu différemment selon le point de vue de celui qui le regarde.

110855_couverture_Hres_0


9782877679220c