0 Commentaires
Pour ce billet à l'odeur des feuilles d'automne, je vous propose une promenade muséale à travers une sélection de quelques livres. J'utilise le terme promenade, différent à mon avis, du mot visite. La promenade évoque la rêverie. La découverte et l'apprentissage aussi, certes, mais avant tout un moment où on laisse son esprit vagabonder, ses yeux se délecter, ses pieds se délier sans trop de balises. Voici quelques titres qui donneront envie, enfin je l'espère, de franchir les portes d'un musée.

Ma visite au musée: l'art moderne du Québec



Ce livre a été conçu en collaboration avec le Musée national des beaux-arts de Québec et plus particulièrement avec la conservatrice de l'art moderne des lieux, Anne-Marie Bouchard. À travers cette balade en deux dimensions, on découvre les toiles de plusieurs peintres automatistes tels que Jean-Paul Riopelle, Jean-Paul Lemieux, Alfred Pellan, mais aussi celles d'Helen Galloway, Henri Julien et Ozias Leduc. Tout au long, on mêle quelques leçons d'histoire de l'art parmi un choix de toiles fort pertinent. Parions que les adultes en apprendront autant.

La gardienne du Musée



Le prolifique auteur Simon Boulerice nous revient avec une histoire attendrissante et juste assez poussiéreuse pour semer le mystère. Les thèmes des apparences, des mal-aimés et de ceux qui voudraient tant être reconnus au-delà de leur image quelconque sont des thèmes chers à l'auteur. Cette fois-ci, c'est à travers les yeux d'un petit garçon qui ne regarde pas comme les autres et d'une gardienne du musée courbée et vieillissante, Madame Morose, que tout prend forme. Cette histoire est douce, émouvante et intrigante. La fin nous surprend et nous fait dire qu'il est toujours bon d'aller au-delà des apparences, au Musée comme ailleurs. En prime, les petits lecteurs pourront découvrir quelques oeuvres célèbres de Botticelli, Degas et Rodin, pour ne nommer que ceux-là.

Au musée

Ce petit cartonné charme par sa facture rétro, son format inusité et la beauté de ses illustrations minutieuses et amusantes. Chaque page nous fait découvrir un type de musée. Ainsi, nous visitons un musée d'art, un musée de sciences naturelles, un musée d'ethnologie et d'anthropologie. À mettre entre les mains des tout-petits et des plus grands.

Un et d'autres chiffre avec Alexandre Calder



Si l'exposition Alexandre Calder: Un inventeur radical, en ce moment au Musée des Beaux-Arts de Montréal, vous interpelle, ce livre pourra préparer les enfants à cette visite. La collection Premiers pas avec les grands artistes des éditions Phaidon, s'est donné comme mandat d'éveiller les tout-petits à l'art, dès l'âge d'un an. La facture aérée des photographies et les textes minimalistes réussissent à toucher et capter l'intérêt des bébés.

D'autres titres

OOOh! Picasso, Bayard
Mon premier musée, Palette
OOOh! Matisse, Bayard

Drôles d'artnimaux!, Palette




0 Commentaires

Un nouveau livre de Brian Selznick est toujours pour moi un événement. Peu d’auteurs racontent en images avec autant de talent.

Avec L’invention de Hugo Cabret, il avait habilement évoqué le cinéma de Georges Méliès et nous avait fait visité une gare de Paris dans les années 1930. Ce roman a d’ailleurs été adapté au cinéma par Martin Scorsese en 2012.

Avec Après la foudre, nous avions découvert le Musée d’histoire naturelle de New York et ses anciens cabinets de curiosité.

9780545988162c9781443120067c


Son petit (!) dernier, La maison des merveilles présente le Royal Theatre de Londres mais surtout une maison-musée faisant revivre le 18ième siècle. L’auteur s’est d’ailleurs fortement inspiré de la maison de Dennis Severs.

9781443164672c


Si les livres de Selnick présentent une grosseur impressionnante (ils sont très épais et lourds) pour les lecteurs à qui ils se destinent (à partir de 10 ans), c’est qu’ils racontent autant par l’image que par les mots. Les deux modes ne sont pas imbriqués comme dans la bande dessinée, mais se présentent de manière autonome. Ils racontent chacun une partie de l’histoire.

Dans la maison des merveilles, la première partie est entièrement dessinée et présente l’histoire du naufrage du Kraken. Le trait au fusain donne un aspect sensible au récit comme s’il acquérait une certaine fragilité et une douceur à cause du jeu des ombres dû au médium.

La partie suivante, uniquement en texte, raconte l’histoire de Joseph qui s’est enfuit de son pensionnat et prend refuge chez son oncle. Ce dernier l’accueille à rebrousse poil dans sa maison ancienne où Joseph a l’impression de vivre dans un autre siècle.

Comme dans ses deux romans précédents, l’amour de l’art (ici le théâtre) et les histoires de filiation sont centrales et donnent au récit un souffle et une précision dans les sentiments complètement originale.


Un livre à déguster lentement, même si vous ne pourrez que tourner les pages de manière frénétique (surtout dans la narration portée par le dessin).

0 Commentaires

Pour ce nouveau billet, j'avais envie de jumeler le plaisir de la lecture avec celui de déambuler entre les murs d'une exposition.

Jusqu'au 13 février 2018, se tient à la librairie Monet l'exposition Cabanes, une installation artistique multidisciplinaire et audio-littéraire. Cette installation combine deux plaisirs de l'enfance qui remplissent de légèreté le cœur des petits et rendent les plus grands nostalgiques: les cabanes en bois et les histoires.

Cette cocréation d'Iphigénie Marcoux-Fortier et Sarah Lalonde, permet aux enfants de 5 à 8 ans de se promener dans le dédale des cabanes en bois. À tous moments, ils peuvent entrer dans une cabane, se faire raconter une histoire enregistrée et profiter de l'univers sonore et visuel.

Pour les informations, cliquez ici.

Cabanes

Pour accompagner cette visite, je propose à vos renardeaux et à vos bébés chouettes, le titre Cabanes d'Aurélien Débat, édité chez Les Grandes Personnes.

Aurélien Débat est un illustrateur et un artiste multidisciplinaire qui aime beaucoup rendre ses créations participatives. L'album Cabanes a d'ailleurs donné lieu à une installation où les visiteurs pouvaient créer leur propre cabane.

Dans cet album, il n'y a non pas trois, mais 15 cochons qui se rendent au magasin de bricolage. Ils souhaitent construire une maison. Bien entendu, il y a du bois et des briques, mais il y a aussi des blocs de glace, des feuilles de bananier et des rochers.

Au fil des pages, nous voyons les différentes créations des cochons selon leurs envies et leur personnalité. Comble du bonheur, les lecteurs sont invités, à la fin, à créer leur propre cabane à l'aide d'estampes autocollantes.

Ainsi, Aurélien Débat questionne notre manière d'utiliser l'espace urbain. En présentant différents types de cabanes, les enfants constatent qu'il existe bien plus que des maisons en paille, en bois et en briques.

0 Commentaires

Pour le 375e anniversaire de Montréal, j'ai eu envie de m'attarder à la littérature jeunesse qui met en valeur cette ville. En fait, je cherchais non pas des documentaires ou des guides de voyage, aussi intéressants soient-ils, mais bel et bien des ouvrages de fiction qui mettent en scène la ville aux cent clochers.

Je vous propose donc quelques titres, certains récents, d'autres classiques qui méritent d'être connus.

Stéphane Poulin est un amoureux de Montréal et il nous le fait bien ressentir avec l'album As-tu vu Joséphine?

Joséphine

Joséphine, c'est la chatte de Daniel. Elle aime se sauver et parcourir les ruelles de son quartier. Le petit Montréalais n'a alors d'autre choix que de partir à sa recherche. Ce titre est le premier d'une série qui nous permet de découvrir un quartier typique de l'est de Montréal avec son architecture, ses escaliers, ses petits commerces et ses gens qui l'animent. Cet album est paru en 1986 et reste un incontournable pour la beauté des illustrations, pour son sujet et parce que peu d'albums évoquent le patrimoine urbain de cette façon.

sans-titre

De l'est de la ville, nous nous rendons dans le Mile-End faire la connaissance de Colette. Je vous ai déjà parlé de L'oiseau de Colette sur ce blog. Dans cet album, le quartier est évoqué plus qu'illustré au détails près ce qui n'enlève rien au plaisir de la lecture, bien au contraire. L'artiste Isabelle Arsenault transmet l'importance que représentent les ruelles dans notre imaginaire collectif. Et puis, qu'une histoire soit écrite en 1986 ou trente ans plus tard, partir à la recherche d'un petit animal restera toujours un bon prétexte pour explorer son quartier.

Élise Gravel s'est attardé à un personnage mythique de Montréal, plus précisément du quartier Rosemont, avec son album Le Grand Antonio.

bus Antonio

Avec ce récit, l'artiste réussit à nous présenter ce personnage plus grand que nature avec beaucoup d'humour et de légèreté tout en abordant sa vulnérabilité et son itinérance. Nous le voyons tirer des autobus (chose qu'il aimait particulièrement faire), soulever un tronc d'arbre couvert d'hommes et de femmes assis dessus, avec toujours comme toile de fond les paysages de la ville. À la présentation de ce livre, les enfants ont été touchés par le récit de cette homme. En prime, certains étaient bien curieux et intéressés de savoir à quoi ressemblaient les anciens bus de la ville.

Et vous, connaissez-vous d'autres titres qui révèlent Montréal ou une autre ville que vous affectionnez?

0 Commentaires
Durant l'été, nombreuses sont les occasions de profiter de concerts de musique classique en plein air. Que ce soit La virée classique de l'OSM, ou encore l'événement Montréal symphoniquepour ne nommer que ces deux activités, ces événements nous donnent la chance de tendre l'oreille et d'oublier le bruit des marteaux-piqueurs.

Enthousiasmée par ces propositions, j'ai eu envie de suggérer quelques lectures afin de familiariser les enfants (et peut-être bien aussi les grands) à la musique classique.

Tout d'abord, aux éditions TamTam

Mozart, le petit génie musical

Vivaldi, les quatre saisons

Ces deux cartonnés nous proposent quelques extraits des plus beaux airs de ces deux compositeurs. Le tout est agrémenté d'illustrations humoristiques où nous voyons des animaux se laisser porter par la grâce de la musique.

En continuant avec les imagiers, la collection Mes petits imagiers sonores chez Gallimard offre des livres musicaux pour les tout-petits (mon expérience d'animatrice m'indique que les plus grands ADORENT aussi.)

Mozart, Casse-Noisette, La flûte enchantée, Les instruments vol.1 et 2, Mes musiques classiquessont quelques-uns des titres que vous trouverez.


J'apprécie particulièrement la qualité sonore de cette collection ainsi que l'originalité des instruments proposés. De plus, le format rend la manipulation facile pour les menottes encore maladroites.

Pour les plus grands, Un monde fantastiqueet Le chant des oiseaux, tous deux publiés chez La Montagne secrète, retiennent mon attention.


Ces ouvrages nous permettent d'entendre une sélection d'oeuvres phares de compositeurs issus de toutes les époques et de différents genres. Dans Un monde fantastique, les compositions choisies s'inspirent de légendes anciennes et de vieilles superstitions tandis que dans Le Chant des oiseaux, les mélodies se rapprochent du chant des oiseaux. Détail apprécié: un glossaire de termes musicaux et un guide d'écoute se retrouvent à la fin.

Écoutez, la musique est partout, même dans les livres.