0 Commentaires
Nous sommes le 1er décembre et pour l'occasion, j'ai décidé de vous proposer une sorte de calendrier de l'Avent (selon mes règles.) Ainsi, tout au long du mois de décembre, je me pencherai sur des récits de Noël originaux, doux et floconneux ou au contraire, quelque peu déjantés, mais aussi sur des titres qui mettent en scène l'hiver et son désert blanc.

C'est parti!

Pour ce premier titre, voici un album d'Emilie Vast, Neige, le blanc et les couleursaux éditions MeMo. Encore une fois, je suis restée émue par tant de délicatesse et de doigté.




Neige, c'est le nom de la pigeonne. Elle vit dans le froid où tout est blanc. Un jour, elle découvre sur un arbre une jolie baie rouge. Puis, le lendemain, c'est une baie orange qui pousse. Puis une jaune, et une verte et ce jusqu'à ce que les couleurs de l'arc-en-ciel se déclinent devant elle, sans raison particulière. Sept couleurs comme dans sept merveilles, c'est toute une coïncidence! Quoi faire avec ça?

Après réflexion, Neige se lancera dans quelques expérimentations se disant qu'elle ne peut passer à côté de cette chance. Avec patience et persévérance, elle arrivera à se créer un univers bien à elle où le blanc et les couleurs ont leur place.

Émilie Vast joue avec les lignes épurées, la couleur en aplat et les contrastes. Elle aime les arts graphique du passé et on ressent bien cette ambiance surannée au fil de ses récits.

Ce présent album ne fait pas exception.

À pas d'oiseau (et non de souris), on prend plaisir à découvrir avec le personnage chaque baie colorée. D'ailleurs, les enfants comprennent dans l'instant que chacune des découvertes est rare et précieuse.

Lorsque Neige se lance dans ses multiples essais pour colorer son univers, on ne peut qu'être émue devant son courage, sa patience et sa créativité.

Le récit s'appuie sur un principe de répétition où sont intégrés les sept jours de la semaine ainsi que les sept couleurs de l'arc-en-ciel. Et, lorsque l'enfant devient habitué au rythme du récit, POP, une fin inattendue vient le surprendre au détour.






Commenter