0 Commentaires

Un nouveau livre de Brian Selznick est toujours pour moi un événement. Peu d’auteurs racontent en images avec autant de talent.

Avec L’invention de Hugo Cabret, il avait habilement évoqué le cinéma de Georges Méliès et nous avait fait visité une gare de Paris dans les années 1930. Ce roman a d’ailleurs été adapté au cinéma par Martin Scorsese en 2012.

Avec Après la foudre, nous avions découvert le Musée d’histoire naturelle de New York et ses anciens cabinets de curiosité.

9780545988162c9781443120067c


Son petit (!) dernier, La maison des merveilles présente le Royal Theatre de Londres mais surtout une maison-musée faisant revivre le 18ième siècle. L’auteur s’est d’ailleurs fortement inspiré de la maison de Dennis Severs.

9781443164672c


Si les livres de Selnick présentent une grosseur impressionnante (ils sont très épais et lourds) pour les lecteurs à qui ils se destinent (à partir de 10 ans), c’est qu’ils racontent autant par l’image que par les mots. Les deux modes ne sont pas imbriqués comme dans la bande dessinée, mais se présentent de manière autonome. Ils racontent chacun une partie de l’histoire.

Dans la maison des merveilles, la première partie est entièrement dessinée et présente l’histoire du naufrage du Kraken. Le trait au fusain donne un aspect sensible au récit comme s’il acquérait une certaine fragilité et une douceur à cause du jeu des ombres dû au médium.

La partie suivante, uniquement en texte, raconte l’histoire de Joseph qui s’est enfuit de son pensionnat et prend refuge chez son oncle. Ce dernier l’accueille à rebrousse poil dans sa maison ancienne où Joseph a l’impression de vivre dans un autre siècle.

Comme dans ses deux romans précédents, l’amour de l’art (ici le théâtre) et les histoires de filiation sont centrales et donnent au récit un souffle et une précision dans les sentiments complètement originale.


Un livre à déguster lentement, même si vous ne pourrez que tourner les pages de manière frénétique (surtout dans la narration portée par le dessin).

0 Commentaires

J'aime les livres qui parlent de course, surtout ceux qui transposent habilement le rythme et le souffle de ce sport. Et j’ai adoré Le garçon qui courait. Je ne suis pas la seule puisqu’il est en nomination pour le Prix jeunesse des libraires du Québec.


couv-Le-garcon-qui-courait_thumb1


On y relate la vie du marathonien, Sohn Kee-Chung, premier Coréen à avoir remporté cette épreuve aux Jeux olympiques de Berlin en 1936. Il remporte cette victoire sous un nom japonais Son-Kitei, la Corée étant sous occupation japonaise.

On y parle de la résistance politique d’un homme par ce qu’il sait fait de mieux: courir.

Cela débute dès l’âge de 7 ans où avec son grand-frère, il s’enfuit après que ce dernier eut incité ses camarades de classe à se rebeller. Il doit ensuite aller en Chine tous les matins, ployant sous le poids de melons qu’il transporte sur son dos pour les rapporter à son père. Et cela continuera toute sa vie, à travers les épreuves qu’il remporte et son métier d’entraîneur.

D’autres livres qui présentent la course sous l’aspect plus psychologique:


territoires-inconnus_thumbob_186031e5ea942b9349f396ec183b5138_[2]Cours-_thumb49782923621197c_thumb

1 Commentaires

Une fois n’est pas coutume, le temps des vacances m’a permis de découvrir deux chouettes récits de voyage en bande dessinée. Les auteurs ont en commun, qu’à travers l’écriture leur style s’aiguise.


BRUMES DE SAPA (LES) OK.indd

Ma première découverte est parue à la fin de l’année dernière. Il s’agit de Brumes de Sapa de Lolita Séchan (qui est la fille du chanteur Renaud, il faut bien le dire, même si ce n’est pas tout).

Cette bande dessinée raconte la rencontre de l’auteure et de Lo Thi Gom , jeune fille d’origine Hmong, une communauté ethnique minoritaire et opprimée du Vietnam. C’est lors d’un premier voyage dans ce pays que Lolita la découvre. Elle reviendra ensuite une fois l’an pour la revoir.

La beauté de ce récit doit beaucoup à Lo Thi Gom est une personne à la fois très lucide et ancrée dans un pays aux traditions fortes. Le dessin de l’auteure est aussi approprié: il devient de plus en plus précis et habité d’une vie propre.


zoom-comment-je-ne-suis-pas-devenu-moine


Comment je ne suis pas devenu moine de Jean-Sébastien Bérubé raconte exactement ce que dit le titre. (!) L’auteur s’est rendu au Népal pour devenir moine bouddhiste.

Je venais juste de lire le roman jeunesse Hare Krishna de François Gilbert sur le même sujet , si le traitement me semble moins violent, la remise en question est semblable. La désillusion de Bérubé vient surtout de l’institution corrompue et quand on lui demande dans l’avion à son retour: “Oh ! Vous êtes bouddhiste ?” Il répond: “Non… Je suis juste un être humain.”(p.226).

Ce qui m’a plu aussi dans cette bandes dessinée, c’est entre autre, la présence du bégaiement du narrateur qui prend du sens vers la fin du livre. Je croyais que les hésitations venaient de la difficulté de s’exprimer dans une autre langue, alors qu’elles laissaient paraître une fragilité.

Le côté un peu brouillon du dessin disparaît aussi au fil du récit. Le trait est affirmé dans la deuxième partie où l’on découvre, entre autres, de somptueux paysages.

2 Commentaires

 

Pour poursuivre ce Mois de la bd: un manga qui allie gourmandise et passion du vélo, ça existe ? Oui ! cette série s’appelle Les petits vélos de Keiko Koyama.

9782372870740c

Elle met en scène des animaux mignons: une loutre - Monsieur Véloutre- entouré d’un chat livreur de lait, d’une brebis cuisinière, d’un lémurien mangaka, d’une singe gibbons, d’un lynx coursier et de plusieurs autres.

Véloutre tient une pizzeria où l’on déguste des pancakes géants qui est en fait une boutique de réparation de vélo située… en haut d’une colline! La Strade Bianche

Passionné de vélo, il se fâche de recevoir plus de gourmands que de cyclistes.

Les courts chapitres présentent souvent un besoin ou une situation permet d’expliciter un aspect du vélo. On rencontrer par exemple dans le tome 2: une maman kangourou qui veut se procurer un siège pour enfant, la visite d’un atelier de fabrication sur mesure avec le maire (un dragon de komodo qui veut offrir un vélo à sa femme), le chat livreur qui a besoin d’un imperméable adapté, la compétition.

Le manga s’adresse aux enfants en premier: les intrigues sont simples. Il n’y a pas d’obstacles à la compréhension, pas d’humour au second degré. Les jeunes lecteurs seront attirés par des personnages animaliers irrésistibles par leur mignonnerie.

Je connais quand même plusieurs adultes passionnés de vélo qui deviendront vite accro car on apprend plein de détails techniques : origine du métal chromoly, vélo cargo et sportif, gamme de selles, transport du vélo…etc. De quoi donner envie de rouler, si l’été peut enfin arriver !

1 Commentaires

Il arrive souvent que mes lectures au hasard tissent des liens entre elles, je l’ai déjà dit. J’ai lu dernièrement  le deuxième tome du Mari de mon frère, un manga de Gengoroh Tagame et Le dernier qui sort éteint la lumière de Simon Boulerice qui présentent des pères formidables.

Le premier livre présente la petite Tana, élevée seule par Yaichi qui est un homme célibataire. Leur vie est bousculée par la venue au Japon de Mike, oncle canadien de la petite Tana qui est veuf du frère de Yaichi. Tana est curieuse et adore son oncle. Elle pose plein de question sur la relation amoureuse entre les deux hommes et elle est le prétexte pour expliciter différents concepts de la culture gay.  Le manga met aussi en scène les préjugés et appréhensions du père de Kana et du voisinage de cette famille.

mari de mon frere

Dans le premier tome je trouvait les inserts didactiques un peu lourds, dans le second ils me semblent plus intéressants: d’où vient le drapeau arc-en-ciel, quels sont les autres drapeaux des fiertés, que signifie l’expression “coming out”.

Mais je dois avouer que ce qui me séduit vraiment de cette série, c’est la représentation non-traditionnelle du rôle de parent. Yaichi s’occupe seul de sa fille. C’est la première fois que je lis un manga où on voit et valorise un homme viril qui s’acquitte des tâches ménagères et est, de plus, un excellent cuisinier. Son ex-femme étant “mariée à son travail”.

On échappe pas à un certain cliché “canadien” Mike a des allures de bucheron sympathique et est maître du macaroni au fromage (!) mais reste que j’ai beaucoup apprécié ma lecture.

dernier qui sort

Dans Le dernier qui sort éteint la lumière, ce qui frappe est la tendresse qui règne dans cette famille. Arnold et Alia sont deux jumeaux qui vivent avec leur deux pères qui s’aiment. Pour fêter leur 13ième anniversaire, leurs deux pères décident d’écrire à leurs enfants 13 lettres qui dévoileront les débuts de leur amour et l’identité de leur père biologique. La réception de la dernière lettre est magnifique: “Nous ne disons rien. Nous nous serrons seulement. Les mots n’arriveraient pas à la cheville de tout ce qui est compris, de tout ce qui circule, de tout ce qui nous unit.” (p.191)

Ce qui est fantastique dans ce roman c’est qu’il présente un couple sain, beaucoup plus aimant que bien des familles représentées dans les romans pour adolescents. Tout en étant imparfaits: Julien et Édouard sont inspirants et comme dans bien des œuvres de Simon Boulerice sont plus réels que nature.