1 Commentaires

Amélie Dumoulin a le pouvoir magique de surprendre ses lecteurs. Ses écrits souvent déboussolent, brassent nos attentes. C’est ce que j’aime de la littérature inspirée.

Pipo ne fait pas exception. C’est un roman étonnant, un lointain cousin des aventures de Fifi Brindacier.

Il est magnifiquement illustré par Todd Stewart auteur de l’album Quand le vent souffle. On reconnait le caractère des personnages dans les illustrations, on y apprend leur force comme leurs défauts. Les petits traits rassemblés donnent un air de gravure à ce conte, comme l’absence de chapitres. Le livres comporte des petites sections titrées de petites pauses dans la grande aventure.

Le cadre du livre, urbain, est surplombé d’un mont (celui là aveugle) et voisin de raffineries. Je ne vous présenterai pas ici le personnage homonyme, je vous invite à la rencontrer.

9782764438862c


Roman d’accumulation, les voix s’y  superposent, celle de l’auteure commentant la narration, des scènes reconstituées, comme celle de l’abandon du père. Mais surtout des adresses directes aux lecteurs que la narratrice ne laisse pas tranquille:

“Maintenant imagine. Imagine que c’est toi, que tu fais ça, pour de vrai. Un après-midi, tu remplis un sac à dos avec de la nourriture, une gourde d’eau, un chandail chaud. […] Imagine les crampes au ventre lorsque tu sors de chez toi et que tu observes de haut la ville. comme un labyrinthe fou qui veut t’engloutir. […] C’est ce que j’aime dans les livres, ce sont les autres qui font tout ça à ma place !” 181

Encombré d’objets qui ressemblent à des déchets, chaque chose trouvera sa place, une place autre bien sûr que celle que l’on se serait imaginée.

“Je suis certaine que les objets ont un sens dans nos histoires, Madame Néon, et je sais que vous trouverez bientôt le sens pour tous ses tubes lumineux que vous collectionnez. En tout cas, moi, je les adore, vos lumières. C’est comme de la musique, mais de la musique pour les yeux.” (210)

Comme dans ses autres œuvres, Amélie Dumoulin suscite la magie du quotidien et nous laisse comme un goût de bonté avec les humains, tous les humains, même ceux qui ne le méritent pas.

0 Commentaires


En cette journée de congé, on vous prescrit la lecture suivante : Un parfum de fausses nouvelles de Pierre-Alexandre Bonin.

http://montreal.pretnumerique.ca/resources/5e7a318d2357943e01ec101f

a1c604daa324af04f35967b5b34bbf11dad80c

Un suspens près des dilemmes actuels des médias: Félix est très déçu que ses articles de fond attirent moins l’attention que les potins dans le journal étudiant de son école. Il ouvre alors une chaîne Youtube par laquelle il diffuse de fausses nouvelles scandaleuses, affublé d’un masque de zèbre qui cache son identité. Le succès est immédiat, mais sa nouvelle popularité virtuelle risque de porter atteinte à des personnes qu’il estime. Comment faire pour réparer ses torts ?

Félix n’a rien d’un héros parfait : ce que j’aime bien de ce récit c’est qu’il expose dans les détails son questionnement sans être didactique et avec un vrai suspens.

La présentation matérielle dynamique de ce titre de la collection zèbre élaborée par le duo Kuizin soutient l’intérêt. Un mélange de simili contenu virtuel, de journal et de bandes dessinée.

Et si vous voulez devenir un chercheur de Fake news voici un aide-mémoire diffusé par l’IFLA qui peut vous aider.


french_-_how_to_spot_fake_news

0 Commentaires

À l’heure où une compagnie à sourire fait des profits monstres, je crois qu’il est opportun de vous partager un de mes coups de cœur québécois de l’an dernier.

Neuro de François Gravel est un roman dont le narrateur s’appelle Louis. Ce récit c'est son projet pour comprendre les émotions. Louis a été vendu par ses parents à la Société (entreprise qui n’est jamais nommée).

Il a une intelligence particulière, un don qui lui permet de compter très rapidement, plus vite qu'un ordinateur, en voyant les chiffres en couleurs.

Louis est logé par la Société. Il y côtoie Nathan et les jumelles Chloé et Maude qui ont aussi des capacités de calcul phénoménales. Ensemble, ils forment le projet de s’évader.

Louis écrit sans ponctuation (sauf les points), dans un flot ininterrompu de mots. On n'a pas le choix de se laisser happer par ce récit qui semble se dérouler dans un monde pas très éloigné du nôtre.

Plus on en apprend sur cette Société plus elle paraît proche de certaines multinationales actuelles qui font fi du bien-être des leurs consommateurs. Un livre accessible et troublant, à mettre entre les mains des amateurs de dystopies.


neuro


Et si vous avez envie d’en connaître plus sur ce type d’entreprise, voici une bande dessinée qui pourrait vous plaire. Bonne lecture !


279-Paradis_fiscauxBD-C1_rvbBR

0 Commentaires

Magus of the Library est un manga fantastique qui met en scène Shio, un jeune de sang-mêlé : un humain à grandes oreilles. Il désire rejoindre la capitale des livres où toutes les connaissances du monde sont concentrées.

Un rêve difficilement réalisable pour un jeune pauvre et métissé jusqu’à sa rencontre avec les kahunas, les employées de la bibliothèque centrale qui ont chacune des compétences spécialisées : restauration, protection, affaires extérieures.

Ce livre diffuse les valeurs d’accessibilité universelle, de persévérance, d’ouverture d’esprit et d’amour de la lecture.

Les péripéties palpitantes sont soutenues par des illustrations magnifiques qui rendent réels les paysages naturels où se déroulent l’action, les vêtements des différents personnages et bien sûr les livres!


Impression

0 Commentaires


“je revois en boucle son dernier envol

je mastique et c’est bizarre

je ne goûte rien


et j’avale une larme

et puis deux

autant qu’il en faut


pour noyer mon chagrin dans le plumage

multicolore de son souvenir” (p.11)


9782897742331