1 Commentaires

Une fois n’est pas coutume, le temps des vacances m’a permis de découvrir deux chouettes récits de voyage en bande dessinée. Les auteurs ont en commun, qu’à travers l’écriture leur style s’aiguise.


BRUMES DE SAPA (LES) OK.indd

Ma première découverte est parue à la fin de l’année dernière. Il s’agit de Brumes de Sapa de Lolita Séchan (qui est la fille du chanteur Renaud, il faut bien le dire, même si ce n’est pas tout).

Cette bande dessinée raconte la rencontre de l’auteure et de Lo Thi Gom , jeune fille d’origine Hmong, une communauté ethnique minoritaire et opprimée du Vietnam. C’est lors d’un premier voyage dans ce pays que Lolita la découvre. Elle reviendra ensuite une fois l’an pour la revoir.

La beauté de ce récit doit beaucoup à Lo Thi Gom est une personne à la fois très lucide et ancrée dans un pays aux traditions fortes. Le dessin de l’auteure est aussi approprié: il devient de plus en plus précis et habité d’une vie propre.


zoom-comment-je-ne-suis-pas-devenu-moine


Comment je ne suis pas devenu moine de Jean-Sébastien Bérubé raconte exactement ce que dit le titre. (!) L’auteur s’est rendu au Népal pour devenir moine bouddhiste.

Je venais juste de lire le roman jeunesse Hare Krishna de François Gilbert sur le même sujet , si le traitement me semble moins violent, la remise en question est semblable. La désillusion de Bérubé vient surtout de l’institution corrompue et quand on lui demande dans l’avion à son retour: “Oh ! Vous êtes bouddhiste ?” Il répond: “Non… Je suis juste un être humain.”(p.226).

Ce qui m’a plu aussi dans cette bandes dessinée, c’est entre autre, la présence du bégaiement du narrateur qui prend du sens vers la fin du livre. Je croyais que les hésitations venaient de la difficulté de s’exprimer dans une autre langue, alors qu’elles laissaient paraître une fragilité.

Le côté un peu brouillon du dessin disparaît aussi au fil du récit. Le trait est affirmé dans la deuxième partie où l’on découvre, entre autres, de somptueux paysages.